Une fiscalité très pénalisante pour le commerce local

Lorsque le projet de hausse des taxes foncières au profit de l’agglomération du Grand Guéret a été dévoilé, nous avons publié un communiqué de presse le 20 mars. Nous avons exprimé notre opposition au projet d’augmentation de la fiscalité foncière, très pénalisante pour le commerce local. “Pour le commerçant, qu’il soit propriétaire ou non de son local,si la taxe foncière locale augmente, ses charges augmentent. Il devient moins compétitif par rapport aux commerces d’autres ville ou d’internet. Pour le consommateur propriétaire de son domicile, c’est aussi une diminution du pouvoir d’achat et une consommation diminuée. L’importante vacance commerciale actuelle devrait inciter plutôt à une baisse de la fiscalité foncière locale pour favoriser les installations et donc l’activité

Quelques jours avant le débat d’orientation budgétaire, nous avons été informés du niveau très important de la hausse prévue. Le conseil municipal de Guéret a voté contre cette augmentation des taux. Nous avons interpellé tous les élus de l’agglomération par un courriel le 24 mars.

Le débat d’orientation budgétaire du 31 mars dernier a présenté cette hausse d’impôts comme la principale solution pour combler les déficits récurrents de la Communauté d’agglomération du Grand Guéret et a confirmé son importance : + 962% en un an. Le taux de la taxe foncière intercommunale grimperait de 0,42% à 4,42%. C’est inacceptable pour nos commerçants et artisans, doublement pénalisés par une telle mesure qui impacte leur local professionnel et leur habitation. Comme le dit le dicton : “Trop d’impôts tue l’impôt”

En plein confinement, alors que certains commerces sont fermés et que les autres ont une activité réduite du fait des mesures sanitaires, l’annonce de cette mesure ne passe pas. Elle va favoriser sur le long terme encore plus des firmes comme Amazon au détriment du commerce de proximité.Logo Amazon

Le vote du budget est prévu le jeudi 15 avril 2021 à partir de 16h à l’espace Raymond Poulidor de Sainte-Feyre. Nous avons, conjointement avec la CPME de la Creuse, adressé une lettre ouverte aux maires et conseillers communautaires, alerté les médias et la préfecture.

Suite au courrier adressé aux 56 conseillers communautaires indiquant notre opposition à l’augmentation très importante de la part intercommunale de la taxe foncière, nous avons obtenu un rendez-vous avec le président, 4 vice-présidents et deux directrices de l’agglo. C’est tout ce que nous avons obtenu : deux heures d’échanges. Leur position n’a pas varié.
Nous sommes repartis avec la réponse écrite du président et conseiller régional à notre courrier : 9 pages, dont la plupart n’ont rien à voir avec les préoccupations des chefs d’entreprises.